User Reviews

There are no reviews for this game.


Our Users Say



Critic Reviews

MobyRanks are listed below. You can read here for more information about MobyRank.
80
Video Games (Jul, 2000)
Fazit: Lupenreiner Shooter mit strangen Boss-Gegnern.
80
Seule la durée de vie pêche : avec dix Continues de cinq vies chacun, vous en viendrez vite à bout et on ne peut que vous conseiller, avant votre première partie, de descendre le nombre de vies à trois par Continue pour rallonger, un peu artificiellement, la durée de vie du jeu. Le seul et unique shoot’em up de la NGPC n’en demeure pas moins un vrai hit qui doit absolument figurer dans votre collection.
75
Portable Review (Sep 24, 2007)
In the end, Cotton’s not a bad game per se. It’s got solid controls, a good engine and seven awesome stages of shoot-‘em-up action. There is only one major problem that I have with the game: it’s fairly generic. I mean, think of it this way, it’s a slightly more mundane version of Gradius with a cutesy anime style and a comedic storyline - can you say Parodius?
70
Defunct Games (Sep 03, 2005)
Overall, this is a mediocre shooter. The controls are responsive enough, and the enemies are of your garden-variety nocturnal fare: bats, skeletons, flying "things" and such. I think I owe it to myself to unearth a 16-bit version and put it through the ultra-harsh, condescending video game critic rigors. And YOU owe it to yourself to find a copy of "The Shoot-em-up Bible", available through Hoofton Mifflon, or some such publisher.
60
Daddelkingz (Feb 17, 2001)
Fazit: Cotton kann mit der heutigen Shooter-Galore nicht mithalten, stellt allerdings den einzigen Genre-Vertreter auf dem NeoPocket dar und ist deshalb trotzdem für Fans, die zwischendurch auf Punktejagd gehen wollen, zu empfehlen.
55
Retro Archives (Oct 22, 2017)
Cette version du jeu a quand même des aspects de Cotton du pauvre. L’écran de jeu est très étriqué, les couleurs ne peuvent pas rivaliser avec la version arcade… Certes, c’est indéniablement plus beau que ce qu’on pouvait trouver sur Game Boy Color à la même période, c’est en revanche d’une fluidité assez discutable – ça ne rame pas, mais c’est très loin des versions sur console de salon. Les limites techniques de la Neo Geo Pocket se traduisent surtout pas une opposition moins relevée – il y a nettement moins de monde à l’écran, ce qui tombe plutôt bien puisqu’il y a aussi nettement moins de place. La jouabilité est également un peu moins instinctive: pour une raison mystérieuse, il faut désormais laisser un bouton appuyé pendant que l’on presse l’autre pour pouvoir utiliser sa magie (et, non, il n’y a toujours pas d’auto-fire). Bref, sans être honteuse, cette version est sensiblement moins agréable à jouer.