User review spotlight: Carmageddon (DOS). Released in 1997.

Don't Starve (Windows)

79
MobyRank
100 point score based on reviews from various critics.
2.7
MobyScore
5 point score based on user ratings.

User Reviews

There are no reviews for this game.


Our Users Say

Category Description MobyScore
AI How smart (or dumb) you perceive the game's artificial intelligence to be 2.5
Gameplay How well the game mechanics work (player controls, game action, interface, etc.) 3.2
Graphics The quality of the art, or the quality/speed of the drawing routines 3.0
Personal Slant How much you personally like the game, regardless of other attributes 2.5
Sound / Music The quality of the sound effects and/or music composition 2.2
Story / Presentation The main creative ideas in the game and how well they're executed 2.8
Overall MobyScore (4 votes) 2.7


The Press Says

MobyRanks are listed below. You can read here for more information about MobyRank.
90
Indie Game Reviewer
In fact Don’t Starve is easily one of the most engaging and entertaining games of 2013 or any year, in any category – the artwork, with its Georges Méliès styled undulating ocean waves, the beautifully sinister Klezmer soundtrack and woodwind-voiced avatars, the time management game design are all creatively first-rate and compose a deliciously villainous universe to romp around and tinker with. The animations all feature lovely subtle variation, and every object in the world feels alive, even expressive – from the way the trees pop up or shrivel, to the vast array of critters fluttering, skittering, crawling and stalking about, all with unique proximity responses to your player character.
89
3D Juegos
Simplemente genial. Solo así podemos valorar a esta excelente aventura de supervivencia extrema, que ha sabido jugar muy bien sus cartas ofreciendo una experiencia de juego tan desafiante como original. Con innumerables opciones de juego, pocos títulos atrapan del modo en el que lo hace Don't Starve. Un imprescindible.
85
Jeuxvideo.com
Se lancer dans Don't Starve est une expérience qui ne laisse pas indifférent. Une fois submergé par cet univers merveilleusement terrifiant et horriblement magique, il est alors extrêmement difficile de quitter les yeux de l'écran. Réussir sa meilleure partie, survivre le plus longtemps possible, crafter cet objet qui permettra de vivre quelques jours de plus, il y a toujours une raison pour continuer, quelque chose à faire, à voir, à explorer, à combattre sans aucun autre but que celui de se surprendre soi-même. Malgré quelques défauts agaçants et la nécessité de devoir trop souvent répéter les mêmes gestes, ce Don't Starve n'en demeure pas moins une expérience intense et incroyablement addictive. A 14 €, il serait dommage de s'en priver.
82
GameStar (Germany)
Wie oft habe ich mir jetzt schon vorgenommen, Don't Starve nicht mehr zu spielen, weil ich mal wieder hopps gegangen bin. Und jedes Mal habe ich danach doch wieder angefangen. Sammeln, entdecken, bauen, ausprobieren. Die Minecraft-Suchtspirale funktioniert auch hier. Besonders angetan haben es mir die freispielbaren Charaktere, die mindestens ebenso schräg sind wie Protagonist Wilson. Das Baumenü dürfte Klei Entertainment gerne nochmal überarbeiten, aber das ist Meckern auf hohem Niveau, denn das Ding macht einfach richtig Spaß. Und jetzt, kaufen!
80
JeuxVideoPC.com
A condition d’aimer les jeux bac à sable du type de Minecraft et de ne pas être sujet aux petites frustrations du quotidiens, Don’t Starve est l’une des plus belles surprises de cette année. Malgré son apparence de jeu gentillet avec ses graphismes naïfs et cartoon Don’t Starve est un jeu terriblement punitif, particulièrement dur mais aussi très addictif. L’aspect survie en milieu hostile est un modèle du genre, la génération aléatoire des cartes permet une rejouabilité pratiquement infinie et les futurs mises à jours prévues par les développeurs devraient finir de corriger les quelques petits défauts du jeu. Amateur de challenge, d’expérimentation et de construction, ce titre a été spécialement fait pour vous.
80
Gameblog.fr
Alors que je profite d'un entre-deux parties pour commander ma cinquième livraison de bouffe jap à trois minutes de la fermeture depuis le début de la semaine, je réalise la délicieuse ironie dont je suis victime : la survie de mon avatar dans les contrées sauvages de Don't Starve m'importe désormais plus que la mienne. La satiété de Wilson a sournoisement supplanté la plénitude de mon propre estomac dans ma petite pyramide de Maslow personnelle alors que me voilà repris par la fièvre des explorateurs et des grands inventeurs. J'engloutirai ces quelques tranches de poisson crû le plus vite possible : il reste bien trop de défis à relever, de recettes à expérimenter et de mystères à élucider pour que j'accorde à ce morne repas la moindre minute de trop. Par son simple titre, Don't Starve m'interdisait de me laisser mourir de faim. Bien joué Klei Entertainment, très bien joué.
79
PC Games (Germany)
Darüber, ob der Perma-Death-Modus spannend oder nervig ist, kann man trefflich streiten. Deshalb gibt es nur zwei Möglichkeiten: Ihr werdet dieses Spiel entweder lieben oder hassen. Don't Starve schafft mit seiner gelungenen Mischung aus Entdecken und Ausprobieren aber den Spagat zwischen Frust und Spielspaß. Das liegt zum Großteil an der spannenden Entdeckungsreise, auf die Sie das Spiel mitnimmt. Den Reiz, es auch nach dem Bildschirmtod Ihres Helden erneut zu versuchen, zieht Don't Starve vor allem aus der zufallsgenerierten Welt, die beständig erweitert wird. Trotz kleiner Macken: unbedingt ausprobieren!
75
4Players.de
Ich mag Survival-Spiele. Und Don’t Starve habe ich in den letzten Tagen mit einem Permaschmunzeln verschlungen. Es inszeniert mit einfachen Mitteln eine ebenso stimmungsvolle wie skurrile Welt – schräge Figuren, makabrer Humor und süffisanter Horror erinnern an Tim Burton. Zwar vermisst man eine Story sowie einen Adventure-Modus, der den Namen verdient hätte, aber gerade in den ersten Sitzungen wird man von all den Sammel- und Baureizen sowie den glaubwürdigen Abläufen immer wieder in den Überlebenskampf gelockt: Tag, Nacht, Klima, Gift, Feuer, Eis - alles wirkt sich spürbar aus, alles wächst und vergeht, es gibt seltsame Maschinen und bekloppte Kreaturen.
75
Rely on Horror
If you are in the mood for a surreal adventure with a compelling artistic style, then this game is definitely for you. It has some regrettable problems, but Klei has already promised up to six months of free updates and content, so I am sure most of them will be resolved over time.
72
Game Sphere
Dans tous les cas, difficile de noter Don’t Starve, d’autant que les développeurs ont promis 6 mois de support avec mises à jour de contenu, et que le jeu supporte les mods. Du coup, on ne peut savoir ce que va en faire la communauté, ou où les développeurs vont emmener le jeu par la suite. Il en résulte donc un jeu très sympathique, mais hautement subjectif. Si on accroche au design, ainsi qu’au côté super solitaire, alors on tient là une petite perle avec un sacré potentiel de rejouabilité.
70
GameSpot
The way Don't Starve blends its crafting, exploration, and survival elements makes for an enthralling and unique combination. This game will readily eat up many hours of your time if you let it, but the promise each run holds never seems to pan out thanks to the insidious challenges the game constantly stacks against you. The initial sense of wonder that comes from stumbling upon the surprises and discoveries of this interesting world rapidly fades away when you're stuck tackling the same menial tasks over and over again to regain lost ground for the hundredth time. It's disappointing, because Don't Starve otherwise packs a tremendous amount of charm, depth, and intrigue.
70
Gamekult
Fini les ninjas classieux ou le découpage d'ennemis à la chaîne, bienvenue aux petits héros fragiles de Don’t Starve, dont le style graphique sympathique et cartoon n’est en fait qu’une façade. Vicieux, souvent difficile et sans pitié pour ceux qui échouent, mais du même coup addictif, prenant, et finalement assez riche, le dernier né des créateurs de Shank emplira de joie les bricoleurs fous, ceux qui aiment expérimenter dans tous les sens, et surtout les amateurs de challenge. Les moins patients et ceux qui aiment apprendre de leurs échecs en douceur en seront pour leurs frais, surtout que la nature même du jeu pourra vite le faire paraître très répétitif. Les autres relèveront le défi et feront durer le plaisir le long de parties ô combien stressantes, poussés par l’envie de tout découvrir. Qui plus est, avec du contenu promis pour les prochains mois, Don’t Starve a tout du bon investissement pour ceux qui aiment le genre.